Théâtre classique

À partir de 14 ans

Langue française

Première à Avignon

Climatisation

Fauteuils

Signataire de la charte du OFF

Andromaque

Durée : 2h
du 7 au 17 July - Relâche : 11 July

à 21h30

CHÊNE NOIR (THÉÂTRE DU) - Direction Julien Gelas

Réservations

+33 (0)4 90 86 74 87

  • Abonné17 €
  • Plein tarif25 €
  • Réduit 17 € *

* Ce tarif n'est pas disponible sur Ticket'Off. Veuillez vous rapprocher de la billetterie du théâtre ou de la compagnie pour en bénéficier.

Moyens de paiement acceptés

        


Lieu

CHÊNE NOIR (THÉÂTRE DU) - Direction Julien Gelas

8 BIS RUE SAINTE CATHERINE
84000 - AVIGNON

Nom de la salle : Salle Léo Ferré
Nombre de places : 288

Localiser sur la carte

Résumé du spectacle

NOTE D’INTENTION

Entretien avec Robin Renucci

Comment avez-vous abordé la pièce Andromaque ?

Pour moi, il y a trois entrées à cette pièce : la policière, l’allégorique et la prosodique. La pièce débute avec l’arrivée d’Oreste en Épire pour réclamer à Pyrrhus le jeune Astyanax, fils d’Andromaque. Cette arrivée est l’élément déclencheur de la tragédie amoureuse entre le quatuor : Oreste aime Hermione, Hermione aime Pyrrhus, Pyrrhus aime Andromaque, Andromaque reste fidèle à son défunt époux Hector.

Un récit à suspens

La pièce est construite comme une série avec une trame policière. Les scènes s’enchaînent avec fluidité. Il y a une multitude d’enjeux : l’amour, l’engagement, les promesses, la fidélité, la politique... Cela se ressent dans le parcours d’Oreste, arrivé en Épire pour demander la mort d’Astyanax, il se retrouve pris en étau entre des enjeux politiques et l’amour passionnel qu’il ressent pour Hermione. Cela lui donne un certain ridicule car il s’illusionne dans son amour. La pièce est rythmée par des tensions qui éclosent et s’épanouissent entre les protagonistes. On avance, on palpite avec les personnages et chaque fin d’acte amène son cliffhanger («suspense»).

La piste allégorique

Ma seconde entrée est l’allégorique. Dans Andromaque, Racine nous invite à considérer les personnages comme des allégories, ils expriment la violence, la fidélité, la jalousie et la folie... Pyrrhus, Oreste, Andromaque et Hermione, sont l’image même d’une idée précise. Oreste incarne la folie, Hermione, la jalousie, Pyrrhus, la violence et Andromaque, la fidélité. Ces allégories font des personnages, nés demi-dieux, des entités humaines dans lesquelles le public peut se reconnaitre.

Un plateau nu

La dernière entrée, qui guide en grande partie mon travail autour des œuvres de Racine est la prosodie. Il s’agit de déployer un minimum de moyens pour rester dans une pureté de l’œuvre qui réside essentiellement dans les trois unités : de temps, de lieu et d’action. Un plateau nu qui laisse place au verbe, au poète et à l’acteur. Je veux instaurer une ligne de jeu qui permet aux spectateurs d’être tenus en haleine et d’accéder réellement à la profondeur de l’œuvre via son langage.


Auteur

Jean Racine

Interprètes / Intervenants

  • Mise en scène : Robin Renucci
  • Interprète(s) : Judith d'Aleazzo, Thomas Fitterer, Marilyne Fontaine, Solenn Goix, Julien Léonelli, Sylvain Méallet, Patrick Palmero, Chani Sabaty
  • Scénographie : Samuel Poncet
  • Costumes : Jean-Bernard Scotto


Théâtre National de Marseille La Criée1-1055113

Coréalisation : Théâtre de Chêne Noir

Production Tréteaux de France - Centre Dramatique National
Production déléguée: La Criée Théâtre National de Marseille


Contactez-nous

Site internet