Danse

Spectacle visuel

Première à Avignon

Accès PMR

Climatisation

Gradins

Signataire de la charte du OFF

Éco-affichage AF&C

Terre & Shanghai Boléro Les Hommes

Durée : 45min
du 7 au 25 July - Relâches : 12, 19 July

à 10h15

FACTORY (LA) - 1-Théâtre de l'Oulle

Réservations

+33 (0)9 74 74 64 90

  • Abonné15 €
  • Plein tarif22 €
  • Enfant (- de 12 ans)12 €
  • Réduit (compagnie et détaxes) 10 €

Moyens de paiement acceptés

     


Lieu

FACTORY (LA) - 1-Théâtre de l'Oulle

19, place Crillon
84000 - Avignon

Nom de la salle : OULLE (THÉÂTRE DE L')//LA FACTORY
Nombre de places : 194

Localiser sur la carte

Résumé du spectacle

Le programme composé des deux pièces public jeune et tout public - TERRE (création 2020, durée 25 mn) et SHANGHAI BOLERO / Les Hommes (création 2011, reprise 2016, durée 20 mn). Public jeune car éternellement jeunes, nous sommes.
Le projet TERRE est parti de l’envie d’un pas de côté avec cette musique d’AC/DC précisément. Adolescent, je n’écoutais pas ce groupe mais le Rock a pourtant occupé mon adolescence, où il fut comme une révélation et il a aussi amené le désir de la danse, une libération dans ce moment de ma vie.
Aujourd’hui en écoutant AC/DC un peu par hasard, j’ai compris que cette musique portait une énergie qui m’interpellait encore, que ce son avait joué, dans ce temps de ma vie, un rôle fondateur comme un refuge mais aussi une source. J’ai pris le temps de la réécouter avec la composition de rythmes, les jeux mélodiques, l’utilisation du silence et cette façon de « couper le son », unique chez AC/DC, qui fait écho à des processus de composition avec la chorégraphie que j’affectionne entre mouvement et immobilité. J’ai retenu ces dimensions de composition très abruptes, comme tranchées qui la caractérisent, formes de collages sonores qui me touchent et m’enchantent toujours.
« Pas de panneau stop, pas de limitation de vitesse, personne ne me fera ralentir… Je suis sur l'autoroute de l'enfer » (extrait de Highway To Hell)
J’ai vu derrière ces paroles qui convoquent l’enfer, la mythologie et les origines, avec ce rock râpeux à souhait qui libère une énergie sans brutalité, où Angus Young, éternellement déguisé en collégien, vient nous rappeler ce temps premier de nos existences. J’ai pris cette composition comme un vrai challenge avec le son pour l’habiter, le transcender et donner vie avec ces trois femmes, à cette forme chorégraphique singulière empreinte d’une adolescence retrouvée.
A propos de SHANGHAI BOLERO / LES HOMMES
Maurice Ravel (1875-1937) disait du Boléro qu’il était « sans musique ». Cette vision est au centre de ce Boléro chorégraphique ou au « sans musique » de Ravel, s’oppose une forme « sans danse » faite des structures chorégraphiques simples pour traiter en miroir de la modernité de cette oeuvre et de la nôtre. Ravel et son Boléro nous renvoient à Artaud (1896-1948) son contemporain qui dit : Le corps sous la peau est une usine surchauffée. Didier Théron


Interprètes / Intervenants

  • Chorégraphe : Didier Théron
  • Interprète(s) : Camille Lericolais, Cécilia Nguyen Van Long, Anaïs Pensé, Thomas Esnoult-Martinelli, Sami Blond, Joan Vercoutere
  • Régisseur : Benjamin Lascombe
  • Attachée de production : Elena Masson
  • Assistante à la chorégraphie : Michèle Murray


Cie Didier ThéronL-R-20-3668

Compagnie soutenue par la DRAC Occitanie, la Région Occitanie, le Département de l'Hérault, la Ville de Montpellier, Occitanie en scène et la Maison Pour Tous Léo Lagrange.

Haut de la page