Théâtre contemporain

À partir de 12 ans

Langue française

Première à Avignon

Climatisation

Gradins

Fauteuils

Signataire de la charte du OFF

Éco-affichage AF&C

Peut-être Nadia

Durée : 1h30
du 7 au 25 July - jours impairs

à 14h35

TRAIN BLEU (THÉÂTRE DU)

Réservations

+33 (0)4 90 82 39 06

  • Abonné14 €
  • Plein tarif20 €

Moyens de paiement acceptés

     


Lieu

TRAIN BLEU (THÉÂTRE DU)

40, rue Paul Saïn
84000 - Avignon

Nom de la salle : Salle 1
Nombre de places : 160

Localiser sur la carte

Résumé du spectacle

Jeux Olympiques, Montréal, 1976. Nadia Comaneci, 14 ans, est la première gymnaste à obtenir la note de 10. Son corps, livré en Mondovision, ne lui appartient plus. Comment vieillir après être devenu le symbole de la perfection ? Sur le plateau, cinq acteurs traversés par les figures intimes et historiques de la vie de Comaneci recomposent la mémoire d'une Nadia devenue étrangère à elle-même, perdue dans le chaos idéologique de la fin du vingtième siècle. Ce récit fantasmé, cette biographie fictive abrogent le réel et le temps. En contredisant les lois élémentaires de la physique, en proposant un mouvement aux barres asymétriques qui l’affranchit de sa condition humaine, Nadia aurait bouleversé l’équilibre du monde. C’est bien plus que du sport. Sa légende raconte la fin d'un siècle où l'on a cru que le corps des femmes se libérerait, où l'on n'aurait jamais cru que le bloc de l'Est puisse se libérer, où l'on n'a pas voulu voir à quel point le libéralisme s'était libéré.


Interprètes / Intervenants

  • Metteur en scène : Pascal Reverte
  • Interprète(s) : Olivier Broche, Aude Léger, Nicolas Martel, Elizabeth Mazev, Vincent Reverte
  • Collaboration artistique : Alexandra David
  • Création lumières : Léandre Garcia Lamolla
  • Régie lumières : Julien Crépin
  • Création musicale : Antoine Sahler
  • Régie son : Laurent Le Gall
  • Scénographie, costumes, accessoires : Jane Joyet
  • Création vidéo : Julien Appert


Cie Le tour du Cadran2-1069125

Le tour du Cadran a été fondé en 2011 par Pascal et Vincent Reverte.
La compagnie bâtit ses créations autour de l’exploration des strates mémorielles, d’où émergent des histoires intimes, collectives, traumatiques… Les différentes écritures lancées de front, se nourrissent mutuellement, se font écho. On y retrouve des éléments communs ou des points de vue contradictoires qui dialoguent de façon thématique et formelle.
Après un premier triptyque « L’Étoffe des souvenirs » consacré à la mémoire, « Le Commerce du monde » interroge la part de manipulation engagée dans la relation à l’autre. Quelle part de nous-mêmes y abandonne-t-on ? A quel point sommes-nous à la merci de l’autre ? Comment le temps fige ces échanges dans nos mémoires ? Commerce des objets avec « La Théorie de l’enchantement », qui place l’Art face à la rationalité marchande, commerce du corps avec « Peut-être Nadia », inspiré de la vie de la gymnaste Nadia Comaneci.
L’implantation de la compagnie à La Manekine, scène intermédiaire des Hauts-de-France, s’articule autour de ce projet artistique, soutenu par la DRAC, la Région Hauts -de-France, et le Département de l'Oise,
Coproduction : Ki m’aime me suive , Théâtre du Beauvaisis, Scène nationale, La Manekine, Scène intermédiaire des Hauts-de-France, Le Palace de Montataire, Espace B-M Koltès, Scène conventionnée, Metz. Soutiens : DRAC et Région Hauts -de-France, Département de l'Oise, La Faïencerie, scène conventionnée de l'Oise, Maison de la Culture d’Amiens, Scène nationale.


Contactez-nous

Site internet Facebook
Haut de la page